Espace Professionnels

Pédagogie

Déjà Parents tend à favoriser, autant qu’il est possible, l’indépendance des jeunes parents et à canaliser leur propre énergie. C’est une nouveauté par rapport au réflexe institutionnalisant qui a prévalu jusqu’à aujourd’hui chez les services dédiés à la jeunesse en cas de difficulté. L’aide « à distance » couplée à la mise en réseau de jeunes et d’anciens jeunes parents est une approche efficace et peu coûteuse. Elle a fait ses preuves comme alternative à l’assistance de longue durée, particulièrement lorsqu’on agit sur deux principes : l’écoute et le conseil aux jeunes parents et l’information aux professionnels.

Premier axe : soutien aux jeunes parents

Le soutien global aux jeunes parents passe premièrement par la recherche ou la poursuite d’une formation et l’accès au logement.

Le soutien à la formation existe déjà sous forme de bourses d’études, mais celles-ci varient d’un canton à l’autre. En attendant la modification et l’égalité des lois cantonales sur ce point, une aide financière ponctuelle ciblée est nécessaire.

L’accès au logement est le pendant de l’accès à la formation. Un réseau de logements (administrativement et socialement accompagné si besoin) est prévu, évitant le piège du confinement des jeunes parents.

L’Association DéjàParents soutien l’émergence et l’essor de structures associatives souples, locales et aisément reproductibles, telles que l’association Jeunes Parents, dédiée au « relais parental » et au soutien mutuel entre jeunes parents concernés, dans un cadre privé.

Deuxième axe : sensibilisation à la parentalité "Parlons-en cash !"

Le témoignage de jeunes parents sur leurs pairs adolescents a beaucoup d’impact. La participation de très jeunes parents dans ce nouveau concept de sensibilisation à la parentalité et de prévention des grossesses précoces a vu le jour en Angleterre sous le nom de Straight Talking et il est actuellement transposé en Suisse romande, sous le nom de "Parlons-en cash" après des expérimentations réussies en foyer pour adolescents et dans un cadre scolaire secondaire. Il se pose comme un complément à l’éducation sexuelle actuelle.

Les jeunes parents témoignent sans enjoliver les choses ni les dénigrer. Les jeunes mamans détaillent sans tabou les difficultés de ce « voyage en mère ». En foyer, ou dans des classes d’école les questions des résidents où des élèves sur la contraception, la naissance et le rôle du père ponctuent le récit tandis qu’un intervenant, officiant comme médiateur, apporte des réponses circonstanciées. Il n’y a donc pas d’effet incitatif, au contraire. Si parler du désir de suicide a un effet éminemment préventif, il en va de même de parler du désir de grossesse chez les ados.

N’hésitez pas à faire recours à nos services pour introduire cette prestation dans le cadre de votre institution, école ou structure associative.

Troisième axe : information aux professionnels

L’information et la formation quant aux besoins et aux motivations de la jeune parentalité existent, ainsi que de nouvelles pistes de pédagogie et de sensibilisation des ados à la parentalité et la prévention des grossesses précoces.

Nous proposons les modules de formations sur les thèmes suivants :

  • La très jeunes parentalité dans différentes cultures européennes.
  • Évolution en Suisse depuis 30-40 ans, une population en voie de disparition ?
  • Motivation et besoins de la très jeune parentalité d’aujourd’hui.
  • Sensibilisation des ados à la parentalité, quel rôle pour le jeune (futur) papa
  • Quelle pédagogie dans un contexte de liberté sexuelle dès la puberté

Aspects légaux et statistiques

À l’échelle de la Suisse Romande, ce soutien concerne chaque année potentiellement 2’000 naissances chez des mères de moins de 24 ans, dont 170 ont moins de 20 ans.

DéjàParents est ses actions dédiées aux adolescents et jeunes adultes de 15 à 25 ans, fait partie des organismes susceptibles d’apporter une aide morale et matérielle dans la liste remise par le médecin avant une interruption de grossesse (CP art. 120).